Par taillePar taille de pneus

rechercher

Pneus d'été

  • BF Goodrich
  • Bridgestone
  • Continental
  • Dean
  • Dunlop
  • Firestone
  • General Tire
  • Good Year
  • Gt Radial
  • Hercule
  • Jinyu tire
  • Kelly
  • Michelin
  • Nokian
  • Pirelli
  • Toyo
  • Uniroyal
  • Yokohama

Pneus d'hiver

  • BF Goodrich
  • Bridgestone
  • Continental
  • Dean
  • Dunlop
  • Firestone
  • General Tire
  • Gislaved
  • Good Year
  • Gt Radial
  • Hercule
  • Jinyu tire
  • Michelin
  • Nokian
  • Pirelli
  • Toyo
  • Uniroyal
  • Yokohama

Archives

Un chauffe-moteur par temps froid, une bonne idée!

Le saviez-vous? L’utilisation d’un chauffe-moteur en hiver est synonyme d’économie, de confort, de sécurité et, surtout, de respect de l’environnement.

Un allié de taille contre le froid
Une étude de CAA-Québec, menée en collaboration avec l’Agence de l’efficacité énergétique du Québec en 2009, a démontré qu’un chauffe-moteur permet à l’habitacle d’un véhicule de se réchauffer jusqu’à 40 % plus rapidement que celui d’un autre véhicule non branché, par une température moyenne de -10 °C.

Comme l’utilisation d’un chauffe-moteur facilite le démarrage à froid par temps froid, le groupe moteur bénéficie aussi d’une température idéale afin d’enclencher un démarrage qui préserve ses composants. De plus, il est évident que la batterie est moins durement sollicitée.

Des économies d’essence
Aux fins de l’étude, cinq véhicules de différentes catégories (sous-compacte, compacte, véhicule utilitaire et hybride) ont été soumis aux rigueurs de l’hiver d’abord avec, puis sans l’utilisation d’un chauffe-moteur. Conclusion : des économies de carburant bien réelles allant jusqu’à 15 % et même plus pour une voiture qui parcourt moins de 20 km.

Des bienfaits pour l’environnement
Comme le chauffe-moteur facilite le démarrage par temps froid et le réchauffement de l’habitacle, il contribue aussi à la réduction des gaz à effet de serre. Ainsi, une voiture branchée émet au démarrage 15 fois moins d’hydrocarbures, 6 fois moins de monoxyde de carbone et 4 fois moins d’oxyde d’azote que si elle n’était pas munie d’un chauffe-moteur, comme l’ont prouvé les tests effectués sur dynamomètre en laboratoire.

À peu de frais
Lors de l’étude, le branchement seulement trois heures avant le démarrage a permis de limiter les coûts en électricité entre 10 $ et 25 $, selon le modèle de voiture, au cours d’une période hivernale de 112 jours. Pour la période visée, les économies nettes de carburant ont été de 20 $ à plus de 40 $.

Il faut savoir que plusieurs constructeurs équipent leurs véhicules d’un chauffe-moteur directement sur la chaîne d’assemblage. Il est aussi possible d’ajouter cet élément à pratiquement tous les véhicules moyennant une somme variant entre 40 $ et 150 $, selon le type de voiture. Pourquoi s’en priver?

(source CAA Québec)

Les commentaires sont fermés